De Cape et de Crocs
Askell.com sur Facebook Askell.com sur Twitter Askell.com sur Google+

Théâtre

De la commedia dell’arte à Cyrano, de Molière à Racine, c’est tout le théâtre classique qui se trouve convoqué sur les planches de cette bande dessinée.
Amoureux, avare, matamore, capitan... Autant de rôles, autant de personnages lancés dans les situations rocambolesques d’une pièce qui ne comptera pas moins de dix actes !
Adaptée deux fois sur les planches de théâtres véritables, la série d’Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou ne pouvait recevoir plus belle révérence.

Le théâtre est présent à travers les nombreuses références, les clins d’œil et les détournements qui émaillent le récit, mais son influence ne s’arrête pas là.
Le premier album s’ouvre sur un lever de rideau; la plupart des personnages correspondent à des masques, des archétypes théâtraux; la tournure des dialogues, la mise en scène de certaines cases et jusqu’au jeu de nos comédiens de papier sont marqués par le théâtre.

  • Les références théâtrales :

On trouve deux références théâtrales majeures dans notre série BD : les comédies de Molière et la Commedia Dell’Arte.

L’intrigue de démarrage est tout droit sortie des Fourberies de Scapin de Molière.
Les héros « humains » viennent de cet univers :
La bohémienne ou l’egyptienne, c’est Hermine, celle qui charme le jeune premier.
Ce jeune premier, généralement innocent et prêt à tout pour assouvir cet amour, se retrouve incarné dans la personne d’Andréo, un imbécile complet.
Le valet au milieu des intrigues mais qui les subit plus qu’autre chose dans la BD c’est Plaisant, un bien pâle Scapin.
Le maître avare comme pas deux, le Géronte de l’histoire, c’est Cénile Spilorcio.

La référence à la Commedia est assez claire aussi :
Le personnage de Cénile, c’est le Pantalon de la Commedia.
Par ailleurs, le loup, fort, bravache et qui a peur des rats, c’est le Capitan.
Les masques trouvaient bien leur place à Venise, ville des mystères, de l’amour et du carnaval, c’est la raison pour laquelle ils apparaissent souvent sous la forme d’un spectacle itinérant ou pour masquer des spadassins à la solde de Cénile.

Venez discuter de la série sur le Forum !

Forum

La première édition BD du "Mystère de l'île étrange", contient un cadeau extraordinaire :
Le texte (en alexandrins !) d'une pièce de théâtre, en un acte et douze scènes, qui conte la rencontre des héros...
A découvrir sur le site pour ceux qui ne possédent pas l'album !
A noter que cette pièce a été adaptée à Versailles par la Compagnie du Théâtre des deux rives.
Une autre troupe, la Compagnie des masques, a monté récemment une adaptation des deux premiers tomes.
Voir ainsi les personnages prendre vie est extrêmement réjouissant ! Et il est amusant de voir les albums, qui mettent en scène un "théâtre dans le théâtre", prolonger leur mise en abîme sur les planches.

Venise

Les documents présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs et ayant-droits. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande.
Mentions légales
-
Contact
-
Infos
-
Régie Pub
-
Askell.com