Accès au forum     Accès au site
[ Manuel d'introduction au wiki - Changements récents - Recherche - Bac à sable ]

Auteurs | Albums | Visite guidée | Personnages | Détails | Références | Figures de style | Encyclopédie | Dictionnaire | Expressions étrangères | Jurons | Vos dessins | Fictions | Pour en savoir plus | Éditer le menu

HollandaisVolant

Page mise à jour le 02 novembre 2008 à 02h18
Édition (mot de passe: "dcdc") - Historique - Impression

<< Callikinitopolis | Encyclopedie | L'Atlantide >>


La Légende

Il existe plusieurs légendes du Hollandais Volant. La première relate le voyage du capitaine Vanderdeken en Australie au cours de l'année 1665. Son équipage et lui étaient partis de Londres depuis un mois et longeaient les côtes de l'Afrique. Le capitaine, homme borné et intransigeant, refusait de faire relâche dans un port pour que son équipage puissent se reposer et refaire des vivres. Il fallait à tout prix rattraper le retard du navire. Mais arrivé la hauteur du Cap de Bonne Espérance, la patience du capitaine s'était épuisée, et dans un accès de colère, il défia Dieu et le diable pour un peu de vent. Aussitôt, un belle brise se leva et son navire commença à glisser sur les flots. Puis le vent forcit et la tempête éclata. Une tempête comme le cap de Bonne Espérance n'en avait jamais connu et n'en connut plus depuis. Des vagues gigantesques, un vent à déchirer les voiles et à abattre les mâts, pire que les 60èmes rugissants : 'la mère de toutes les tempêtes'. Un spectre apparu alors au capitaine et lui demanda de se repentir. Mais le capitaine prit son pistolet et fit feu. Depuis le Hollandais Volant erre sur les mers, dirigé par le fantôme du capitaine...

Différentes versions de cette légende existent, mais ce qui effraye le plus sont sans doute les témoignages de marins dont le navire croisa le Hollandais Volant et ses voiles rouges.

Les Témoignages

Les témoignages sont enregistrés depuis le 17ème siècle. Mais voici les plus célèbres.

En 1881, le futur roi d'Angleterre, George V, alors Duc d'York, fut le témoin d'une de ses apparitions le longs des côtes australiennes. Alors qu’il prenait le frais sur le pont, il aperçut un halo rougeâtre dans la nuit noire et opaque. Un immense vaisseau apparut et passa devant le bateau, sans aucun bruit… Le lendemain, un des marins de quart cette nuit là, tombait d’un mât et se tuait. Quelques jours plus tard ce fut le tour de l’amiral qui commandait cette flotte. Certains pensèrent à une malédiction provenant du Hollandais Volant. Le journal de bord de La Bacchante relate les faits : « Quatre heures du matin, un brick passa sur notre avant, à environ trois cents mètres, le cap vers nous. Une étrange lumière rouge éclairait le mât, le pont et les voiles. L'homme de bossoir le signala sur l'avant, ainsi que le lieutenant de quart. Un élève officier fut envoyé dans la vigie, Mais il ne vit cette fois aucune trace, aucune signe d'un navire réel. Seize personnes ont été les témoins de l'apparition. La nuit était claire et la mer calme. Le Tourmaline et le Cléopâtre qui naviguaient par tribord avant nous demandèrent par signaux si nous avions vu l'étrange lumière rouge ».

En 1939, il est aperçu depuis les côtes d'Afrique du Sud filant sur les flots, toutes voiles dehors alors qu'il n'y avait aucun vent ; puis il disparaît brutalement...

Dans La Série

Dans la série, c'est un gros "poisson à cornes", une espèce de narval monstrueux, qui a embroché un navire et qui ressort parfois de l'eau donnant l'illusion d'un navire fantôme.


<< Callikinitopolis | Encyclopedie | L'Atlantide >>


Page mise à jour le 02 novembre 2008 à 02h18
Édition (mot de passe: "dcdc") - Historique - Impression